Témoignages d'anciens combattants:
André Richer

Armée

  • Photo d'André Richer dit Laflèche prise en 1945 en Allemagne.

    André Richer
  • Les décorations de M. Richer.

    André Richer
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Le lendemain on s’est en allé en Hollande, à Nijmegen. C’est là où la guerre a fini. Mais dans le coin où on allait, nous-autres, la guerre n’était pas finie. Les Allemands ne voulaient pas céder."

Transcription

Je suis André Richer, dit LaFlèche. Je me suis enrôlé en 1944, à la fin de août, commencement d'octobre je crois. On a été à New York traverser sur « l'Île-de-France ». Ça a pris onze jours pour traverser. On a débarqué à Glasgow, en Écosse. De là, on est descendu à Aldershot. Éventuellement j'ai traversé en Europe, en Belgique, Bruxelles, et on a couché là un soir. Le lendemain on s'est en allé en Hollande, à Nijmegen. C'est là où la guerre a fini. Mais dans le coin où on allait, nous-autres, la guerre n'était pas finie. Les Allemands ne voulaient pas céder. Donc on est parti de Nijmegen vers Oldenburg, puis de Oldenburg vers Brackel . J'étais stationné en dehors de Brackel, à un coin de rue. Dans ce bout-là, il y avait des troupes SS qui ne voulaient pas céder. Ils ont cédé à peu près trois semaines après que j'étais là. Deux-trois semaines. Et là, c'est là qu'ils nous ont demandé ceux qui voulaient aller au Pacifique. Donc j'ai signé le Pacifique. Ça a pris une semaine après ça pour s'en revenir en Angleterre. On est retourné à Glasgow pour prendre le bateau, le « Queen Mary », pour s'en retourner au Canada. En arrivant, on a eu un mois de vacances. Au bout du mois on a été transféré à [ ] en Nouvelle-Écosse. Puis quand ils ont vu qu'on avait lancé les deux bombes atomiques au Japon, donc ça a tout coupé la question du Pacifique. Après on est revenu puis j'ai été stationné à Longue-Pointe jusqu'à temps que j'ai eu ma décharge. Une stupidité que j'ai fait : Ils m'ont offert de rester, qu'ils me garantissaient jusqu'à mon université. Pour raison de mes parents, j'ai pas pu y aller la faire. C'est à peu près tout.
Follow us