Témoignages d'anciens combattants:
Jean Fontaine

Forces aériennes

  • Photo des membres de son équipe prise le 22 janvier 1945 à Gravely , Angleterre, devant leur Lancaster ME333. De gauche a droite : Hall, Horne, Fontaine, Bexton, Monk, North, Hampe.

    Jean Fontaine
  • Au tout début de la guerre, les 'dog tags' étaient fabriqués en plastique et sont maintenant très rares. Ceci sont les 'dog tags' originaux en plastique de Lieutenant Jean Fontaine.

    Jean Fontaine
  • Carte militaire d'identité de Flight Lieutenant Jean Fontaine.

    Jean Fontaine
  • Médailles de Jean Fontaine, y compris la Croix de Service Distingué dans l'Aviation (pour le courage et la dévotion au devoir pendant le service actif contre l'ennemi) du Royaume-Uni et la Décoration des Forces canadiennes - CD avec deux barrettes.

    Jean Fontaine
  • Certificat de démobilisation de Flight Lieutenant Jean Fontaine.

    Jean Fontaine
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Autrement dit, je m’empresse à ajouter que, sur la base RAF Waverley, pas loin de Cambridge, il y avait deux escadrilles : l’Esquadrille de Mosquitoes et Lancasters, j’étais le seul francophone sur la base."

Transcription

Bonjour. Ici, c'est Lieutenant colonel Jean Fontaine, colonel honoraire du 714e Escadron des communications à Sherbrooke.

Je suis un aviateur de la Deuxième Guerre mondiale ayant opéré sur des bombardiers lourds, soit le Wellington qui avait cinq membres d'équipage. Après ça, je suis allé sur le Halifax avec sept membres d'équipage et couronné avec un tour sur les Lancaster avec la Royal Air Force. Autrement dit, je m'empresse à ajouter que, sur la base RAF Waverley, pas loin de Cambridge, il y avait deux escadrilles : l'Esquadrille de Mosquitoes et Lancasters, j'étais le seul francophone sur la base. J'ai commencé avec l'Esquadrille des Alouettes, ce qu'on appelle le 425. Puis on a été chanceux. On s'est fait prendre par la DCA, le flak, les phares lumineux, et tout ça. Mais mon pilote était très expérimenté, ça fait qu'on a pu s'en sortir sauf que je suis arrivé à la base le soir, moi même et l'équipage, on était un petit peu « sur la corde raide », comme on dit. On était content de revenir à la maison, puis s'en aller pour une semaine de congé.

Alors, après ça, on continue de faire notre tour. Et en passant, le premier tour dans ce temps là, c'était 30 voyages. Et le deuxième un peu moins, 25, pour en faire une moyenne d'à peu près 55. Dans mon cas, j'ai 28 pour le premier tour, puis 27 pour le deuxième; total : 55. Moi, j'ai bien aimé puis j'ai été très bien traité. En 1944, on m'a envoyé comme instructeur sur une base où il y avait des aviateurs français. Ça fait que j'ai fini la fin de l'été, puis on m'a offert de retourner au Canada. J'ai dit : « Qu'est ce que je vais faire là? What am I gonna do? » Alors, là, il dit : « Tu vas retourner au Canada. Tu vas prendre un mois de vacances, après ça revenir faire ton deuxième tour. » Personnellement, j'ai dit à l'officier supérieur : « That's a waste of time. C'est une perte de temps. » Et moi, je vais m'arranger avec les types que je connais. J'ai dit : « Je vous remercie quand même. » Puis alors j'ai appelé au « group » duquel on faisait partie, ce qu'on appelle 91 Group Bomber Command. J'ai demandé à la téléphoniste de me connecter avec Addington. C'est pas loin de Cambridge puis Oxford, dans le Midlands. Alors, je prends le téléphone puis je demande à la demoiselle de me brancher sur 91 Group Headquarters à Addington. Puis j'entends la petite voix, là, qui dit 91 Group et tout ça. Ça fait qu'il donne son nom en plus. Son nom, c'est Storey. Je me souviens. Il dit : « Storey, here. » J'ai dit : « Sir, I've done what you've asked me and it's my turn to ask. » And he said : « By all means. Where do you want to go? » J'ai dit : « I want to go on Pathfinders. This is an elite group, the Pathfinders, the best group. It's the best navigators. The best… The whole shebang. Alors, ç'a marché. Puis on m'a envoyé sur une base pour faire un petit entraînement de 3 ou 4 jours et j'étais heureux ! Heureux comme… Je ne sais pas comment l'expliquer, mais c'était pas mal excitant, là. Par contre, ça va pas toujours bien. Mon équipage… Premièrement, on s'est écrasé au décollage. Quand vous commencez à pénétrer à l'intérieur de l'Allemagne, vous avez les chasseurs puis la DCA. C'est assez pour énerver n'importe qui. Finalement, on s'en est passé. On disait : « Quelle que soit la qualité de l'équipage que vous avez, si vous n'avez pas, Madame La Chance, vous n'avez pas de chance de finir. If you don't have Lady luck riding with you, you'll never finish. »

Follow us