Témoignages d'anciens combattants:
Fernand Henley

Forces aériennes

  • Photo de Joseph Fernand Henley alors qu'il était instructeur de vol à St-Hubert, Québec, 1942.

    Fernand Henley
  • Journal de bord du service militaire de septembre 1941 à septembre 1945 de Fernand Henley.

    Fernand Henley
  • Les dog tagsde Fernand Henley, 29 août 1942.

    Fernand Henley
  • Photo officielle de Fernand Henley prise en octobre 1942 à l'âge de 20 ans.

    Fernand Henley
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"En 1945, dans le printemps 1945, il y a un sous-marin qui s’est livré à la marine canadienne à peu près à 650 milles nautiques à l’est des côtes de Terre-Neuve…"

Transcription

Mon nom est Joseph Fernand Henley. Je suis né dans la péninsule de Gaspé. À l'âge de 18 ans, je me suis enrôlé volontaire pour service actif dans le Corps d'Aviation Royal Canadien. Mon entraînement préliminaire s'est fait dans la grande région de Toronto, de même que l'entraînement préliminaire de vol. J'ai été sélectionné comme pilote, alors l'entraînement préliminaire de vol s'est fait à Malton, Ontario, à Toronto et ensuite l'entraînement avancé s'est fait à Saint-Hubert. Sur une classe de 65, les six premiers gradués ont reçu des commissions d'officier. J'étais un de ceux-là. Alors, j'ai été sélectionné pour entraînement avancé comme instructeur de vol, entraînement que j'ai complété à Trenton, en Ontario. Ensuite, je suis retourné à Saint-Hubert pour devenir un instructeur de vol. Et puis en 1943, les sous-marins ennemis étaient très actifs tout près des côtes de Terre-Neuve-Labrador et même à l'intérieur du Golfe Saint-Laurent. Alors, j'ai été sélectionné pour entraîner sur des avions amphibies PBY Canso et en 1943 je me suis joint à l'escadrille 161 à Dartmouth, Nouvelle-Écosse. Plus tard en 1944, les sous-marins allemands étaient beaucoup plus actifs au-dessus de l'Atlantique, mais en dehors des rayons d'action d'opération des Canso. C'est alors que j'ai été sélectionné pour m'entraîner sur les Liberator B-24J, équipés des air service vessels. Dans ce temps-là, ça ne s'appelait pas des radar, ça s'appelait air service vessels. De même, on était équipé avec des radios altimètres qui nous donnaient l'altitude précise au-dessus de l'Atlantique. Les chasses aux sous-marins se faisaient en partant de Newfoundland vers l'est à la tombée du jour et puis toute la nuit revenant à Gander après des très longs vols qui étaient dans l'average à peu près 17 heures en tout. En 1945, dans le printemps 1945, il y a un sous-marin qui s'est livré à la marine canadienne à peu près à 650 milles nautiques à l'est des côtes de Terre-Neuve et puis c'est notre escadrille, le 10BR qui a escorté le sous-marin jusqu'au port de St. John's, Terre-Neuve; et le 10 mai, c'est à mon tour, avec mon équipage, de faire l'escorte de ce sous-marin. Alors après ça, vers le milieu de l'été 1945, la guerre était presque finie, alors j'ai piloté un B24 jusqu'à Mont-Joli où il resté pour être transporté ailleurs à différents temps. J'ai rejoint d'autres membres de mon équipage à Moncton pour une discharge honorable qui s'est fait le 21 septembre 1945.
Follow us