Témoignages d'anciens combattants:
Gaston Bélanger

Armée

  • Photo de Gaston Bélanger à 21 ans prise à Paris, France, le 1er juin 1945.

    Gaston Bélanger
  • Photo de Gaston Bélanger lors de sa première permission, avec son ami et la fille du propriétaire de l'Hôtel du Nord à Bruxelles, Belgique, où les Canadiens passaient quelques jours, en janvier 1945.

    Gaston Belanger
  • Photo de Gaston Bélanger à Saint-Jérôme, Québec, en octobre 1943.

    Gaston Belanger
  • Pamphlet d'une cérémonie religieuse en Allemagne, le 13 mai 1945.

    Gaston Belanger
  • Gaston Bélanger à camp Borden, Ontario, le 23 février 1944.

    Gaston Belanger
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"… nous avons retraversé sur le Mauritania pour revenir au Canada et nous avons essuyé à la pire tempête de l’hiver et j’ai jamais fait une croisière sur un navire après ça."

Transcription

Bonjour. Mon nom est Gaston Bélanger. Je demeure à Évain, dans le Nord Ouest du Québec. J'ai participé à la Guerre 39 45 dans le Royal Canadian Army Service Core qui est une unité de ravitaillement des troupes : transport de troupes et munitions, tout ce qui se transporte pour permettre à nos unités de combat de continuer leur travail et de ne manquer de rien.

Je me suis enrôlé en 1943. J'ai fait mon entraînement au camp Saint Jérôme. J'ai continué mon entraînement comme camionneur au camp Borden. En avril 44, j'ai été transféré en Angleterre. Les nouvelles étaient très mauvaises pour traverser l'océan. Ça faisait couler beaucoup de navires. Nous étions assez nerveux puis assez anxieux. Nous avons embarqué sur l'Île de France. Nous sommes arrivés en Écosse, puis on a été transféré dans le Yorkshire, près de Hull, dans le Nord de l'Angleterre.

J'ai fait la campagne de France à partir du 7 juillet. Nous étions près de Caen, à un aéroport - Carpiquet. J'ai participé à la bataille de Caen. À Falaise, je transportais des régiments des Queen's Own Rifles de Toronto et nous avons encerclé cette journée là avec la 2e Division et la 4e Division à notre droite – moi, j'étais dans la 8e Brigade de la 3e Division – nous avons encerclé au delà de 52 000 Allemands et c'est là qui a été le grand coup de grâce que nous avons donné pour s'emparer à ensuite continuer jusqu'à l'Allemagne.

J'ai participé à tous les combats comme l'Escaut, le canal Léopold, la libération de la Belgique, la Hollande où nous avons été reçus comme des sauveurs. Durant l'hiver, nos réserves de munitions pour traverser le Rhin et entrer en Allemagne avaient été détruites par les bombes des V1 puis les V2 que les Allemands envoyaient un peu partout. Et on nous avait demandé de faire un effort additionnel pour remplir nos réserves. Alors, nous travaillions 24 sur 24. On dormait quand on pouvait. Puis on allait jusqu'à Ostende en Belgique prendre les munitions directement du bateau, les monter jusqu'à Liège ou même jusqu'à Nijmegen. Nous nous sommes rendus jusqu'à Oldenburg.

Ensuite, j'ai été renvoyé en Allemagne pour l'Occupation pour environ 6 mois. J'ai sorti de l'Allemagne le 23 décembre et, au mois de janvier, nous avons retraversé sur le Mauritania pour revenir au Canada et nous avons essuyé à la pire tempête de l'hiver et j'ai jamais fait une croisière sur un navire après ça.

Follow us