Témoignages d'anciens combattants:
Cyril Bartlett

Marine

  • Photo prise à bord du HMS Anson pendant l'été 1941.

    Cyril Bartlett
  • Photo du HMS Pursuer en 1941.

    Cyril Bartlett
  • Cyril Bartlett nourrissant des pigeons à Trafalgar Square à Londres en 1941.

    Cyril Bartlett
  • Photo prise à Malte en 1941. Cyril est à droite.

    Cyril Bartlett
  • Photo-souvenir de Cyril prise à Alexandrie en Egypte en 1941.

    Cyril Bartlett
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Le pilote a fait une échappée et a largué un chapelet de bombes sur le navire et il a explosé, il n’y a pas eu de survivants. Mais il pensait qu’il pouvait faire un peu mieux, alors ils a survolé l’endroit pour voir ce qu’il avait fait et de manière assez bizarre son avion a été pris dans les flammes qui montaient du navire, il a brûlé et a sombré pas très loin du navire."

Transcription

À un moment en… J’ai été envoyé dans le passage de Mourmansk, en Russie. Là-haut, juste avant qu’on arrive à Mourmansk, en tout cas, on devait passer par un endroit qui s’appelait Smolensk (sûrement faux car Smolensk est située bien plus à l’intérieur des terres). Et l’ennemi avait une base là-bas. À quatre heures du matin, on a été attaqués. Il y avait 32 navires dans notre convoi et on en a perdu 30. Un vrai massacre de notre côté, tout cela.

Et il y a une chose en particulier c’est qu’un des navires était rempli de TNT, c’est de l’explosif très puissant. Le pilote a fait une échappée et a largué un chapelet de bombes sur le navire et il a explosé, il n’y a pas eu de survivants. Mais il pensait qu’il pouvait faire un peu mieux, alors ils a survolé l’endroit pour voir ce qu’il avait fait et de manière assez bizarre son avion a été pris dans les flammes qui montaient du navire, il a brûlé et a sombré pas très loin du navire. Il n’y a pas eu de survivants. Il n’a pas survécu et personne sur le bateau n’a survécu. Il n’y en a que deux qui sont passés au travers jusqu’à Moscou [précision: Bartlett fait ici référence à la ville de Mourmansk] dans un convoi de 32. On en a perdu 30. Un véritable désastre n’est-ce pas ?

Quand je suis rentré, il y avait un message conventionnel à bord – c’est un message au fait – un message conventionnel et tout terre-neuvien qui n’était pas rentré chez lui depuis deux ans, - et j’étais le seul dans ce cas sur ce navire, il n’y avait pas beaucoup de terre-neuviens dessus – qui n’étaient pas rentrés chez eux en deux ans. Alors j’ai demandé une permission et je suis rentré chez mois, après deux ans, une permission de 32 jours.

Follow us