Témoignages d'anciens combattants:
Harold Thorp

Forces aériennes

  • Harold Thorp (à gauche) et Bob Monroe en Birmanie, en 1944.

    Harold Thorp
  • Photo de groupe sous le drapeau de l'escadron et le drapeau japonais à Burma, en 1944. Harold Thorp est au centre sous le drapeau japonais.

    Harold Thorp
  • Photo d'un camp à Imphal Valley, Birmanie, 1944.

    Harold Thorp
  • Chapeau australien qu'Harold Thorp a reçu en 1944.

    Harold Thorp
  • Pantalon de jungle porté pat Harold Thorp pendant la guerre.

    Harold Thorp
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Ils ont dit qu’ils supposaient que c’était la seule fois où un avion japonais ou autre s’était fait bombarder avec des briques."

Transcription

Gujrat (Inde) était un vieux truc anglais, mais n’avait pas servi depuis longtemps. Ils avaient un campement là-bas et il n’y avait que des huttes de terre, et dans un état épouvantable. Elles avaient, pleins de scorpions et de fourmis blanches, ou fourmis qui étaient presque blanches. Et alors il nous a fallu nettoyer tout ça ; et ça a en fait, Gujrat c’était là où se trouvaient les deux escadrons canadiens, il y avait seulement deux escadrons canadiens complets là-bas, le 435ème et le 436ème et moi j’étais dans le 436ème escadron (de la RCAF).

C’est là que les deux escadrons avaient été mis sur pied, et ce n’était pas avant la fin septembre, octobre 1944. Et ils ont démarré le lendemain même, et on a formé ces escadrons de ravitaillement aérien dans la 14ème armée britannique. Et ils larguaient de tout du riz en passant par la jeep, et ils ont même transporté des mules.

Notre plus gros problème, à ce moment-là, c’était d’obtenir les bons outils et ils nous ont même envoyé une boite à outils, bon, avec beaucoup d’outils, d’Angleterre ; et les avions étaient tous fabriqués aux Etats-Unis, alors que ce soit les clés à écrous, les clés à molettes ou quoi que ce soit, elle n’avaient pas la bonne taille. Donc je pense que certaines d’entre elles sont encore là-bas, au rebus dans le sable.

Un de nos DC-3 (Dakota, avion de transport) était juste là parqué à côté de la piste avec les moteurs en marche, prêt à décoller, quand une escadrille d’avions de chasse, je ne connais pas le nom des avions, mais c’était un groupe de chinois qui est arrivé, et un des avions, hors contrôle, a atterri juste sur l’extrémité avant du DC-3 qui attendait là. Ça a juste arraché les moteurs et il y avait des morceaux de l’avion qui volaient tout autour ; et ça a tué le, maintenant je ne suis pas sûr si c’était le pilote ou le copilote qui a été tué. Je crois que c’est le copilote qui a été tué, et le pilote a survécu. J’étais juste là à ce moment-là et je suis resté là en état de choc, sans réaction, et je n’ai pas bougé jusqu’à ce que quelqu’un dise, attrape l’autre bout de ce brancard. Je me réveille encore parfois et je vois comme, vous savez.

Ils étaient en train de charger tout un tas de briques et c’était un commandant et le gars qui écrit cette Pukka Gen (gazette de l’association des 435ème et 436ème escadrons), c’est notre président, il s’appelle Art Adams. Et alors, quoi qu’il en soit, ils ont dit, combien pèsent ces briques, et ils ont dit, ils pensaient qu’elles pesaient un peu plus d’un kilo chaque. Alors il leur a dit d’en charger un certain nombre, vous savez, quelques milliers. Et il s’y est repris à trois fois pour s’élever de la piste, avant d’arriver à s’envoler. Bon, pendant la montée, ils ont découvert que les briques pesaient plus d’un kilo et demi chaque et qu’ils étaient complètement en surpoids, avec plus de briques qu’ils pouvaient… S’ils atterrissaient avec ça, le train d’atterrissage allait s’écraser.

Alors ils se demandaient quoi faire avec et ils survolaient juste la région de Akyab. Et à ce moment-là, les japonais avaient déjà perdu presque tout leur pouvoir sur la région et il y avait un appareil japonais qui attendait juste dans le truc et donc le commandant, qui pilotait, il a dit, il faut qu’on se débarrasse d’une partie de ces briques, alors ils ont survolé le coin de très haut et ils ont largué les briques sur cet hydravion japonais. Ils ont dit qu’ils supposaient que c’était la seule fois où un avion japonais ou autre s’était fait bombarder avec des briques. Et ils en ont déchargé assez pour pouvoir, quand ils sont arrivés à l’île de Ramree, ils ont pu atterrir.

Date de l'entrevue: 19 octobre 2010

Follow us