Témoignages d'anciens combattants:
Roy Trevor Gilbert Heron

Armée

  • Roy Heron, aôut, 2009

    Historica Canada
  • Certificat de remerciement du gouvernement norvégien décerné à la Marine Marchande Norvégienne pendant le Seconde Guerre Mondiale.

    Roy Heron
  • Traduction anglaise d'un certificat de remerciement du grouvernement norvégien décerné à la Marine Marchande Norvégienne pendant la Seconde Guerre Mondiale.

    Roy Heron
  • Certificat concernant la réforme de Roy Heron de l'Armée canadienne.

    Roy Heron
  • Certificat attestant la citoyenneté canadienne de Roy Heron depuis 1947.

    Roy Heron
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Je tenais à être actif et à aider les enfants aussi bien en Hollande qu’en Allemagne parce que les enfants n’étaient pour rien dans la guerre. Ils avaient besoin d’aide"

Transcription

J’ai quitté la Marine marchande norvégienne en 1942 pour me joindre à l’Armée canadienne. Je me suis enrôlé à Montréal et j’ai fait mon entraînement à St. John’s. Ensuite, je suis allé à Kingston en Ontario où j’ai été affecté au Corps des transmissions. Suite à un échange, je suis passé au Corps royal canadien des ingénieurs électriques et mécaniques (le REME, en anglais). C’est là que j’ai abouti. Et, c’est à ce moment qu’on m’a envoyé outre-mer.

J’ai appris à réparer les radios, les téléphones et j’ai appris le code morse. Ce sont les choses que j’ai apprises. Et, voilà pourquoi j’étais technicien plutôt qu’opérateur en communication. Je réparais les radios, les téléphones et l’équipement électronique. Il y avait tellement de choses qu’on ne connaissait pas, comment réparer les instruments dans les chars et autres véhicules militaires et des choses de ce genre. Et, ça m’a permis de me déplacer et de rencontrer les gens et tout ça. Ce fut très agréable.

Par la suite, lorsque j’étais en Angleterre, j’ai dû devenir opérateur projectionniste de cinéma. Nous travaillons avec des productions sur différentes questions militaires. J’agissais en tant qu’auxiliaire, qu’on appelait. Donc nous travaillons à créer une forme de divertissement pour l’armée.

Alors, ce genre de divertissement venait briser la tension pour les gars de l’armée et tout ça. La musique, les spectacles servaient à les divertir et tout ça. Et, nous organisions aussi des danses pour les gars et plein d’autres activités pour qu’ils puissent se reposer et se divertir. Ça fait tellement longtemps, je me souviens à peine de ces événements. Je ne me souviens pas d’événement particulier mais je sais que nous avons organisé toutes sortes d’activités et d’événements sur les thèmes de la guerre, du combat et des choses du genre. Donc, nous nous occupions d’événements de divertissement et de promotion de l’armée. Et, nous tentions de montrer dans nos productions des exemples de la mission du soldat et de leur montrer comment un soldat devait pourvoir à ses besoins.

Lorsque je voyageais, j’arrivais à apprendre un peu de la langue du pays. Par exemple, en Allemagne, j’ai réussi à apprendre un peu la langue. Je pouvais saluer les gens, dire ‘’Bonjour !’’ et ‘’Merci ! ’’. Et, c’était comme ça partout où je voyageais. J’apprenais quelques mots pour pouvoir dire ‘’Merci !’’ ou ‘’Bonsoir’’ ou ‘’Au revoir’’ et des choses du genre.

Je tenais à être actif et à aider les enfants aussi bien en Hollande qu’en Allemagne parce que les enfants n’étaient pour rien dans la guerre. Ils avaient besoin d’aide. Mon objectif principal était d’aider les enfants. Je leur montrais des jeux et je leur donnais des choses et tout ça. Des choses qui pouvaient servir à leur enseigner comment faire et comment fabriquer des objets. Je montais des genres d’exposition pour leur montrer comment créer et fabriquer des choses, comment éviter certaines choses. Je partageais mes rations militaires avec eux. Il y avait des biscuits et du chocolat et autres choses parce que j’aimais être parmi eux. Et, à travers ces activités, j’ai pu rencontrer plusieurs familles avec qui je corresponds encore aujourd’hui

Lorsque j’ai passé l’examen de l’armée, j’ai obtenu une très bonne note et j’aurais pu devenir officier mais ça ne s’est jamais produit. Mais ça ne m’a jamais inquiété. J’ai fait ce que je devais faire pour aider ces pays à atteindre leur objectif qui était de se débarrasser du nazisme et du fascisme. C’est la raison pour laquelle j’ai quitté la Marine marchande norvégienne pour me joindre à l’armée. Et, je suis allé au Corps des transmissions parce que c’est vraiment la base de l’armée. C’est par la communication qu’on dirige l’armée. Et, je peux dire que j’ai vraiment aimé ma vie avec la l’Armée canadienne. Je n’ai vraiment eu aucun problème, vraiment, aucun problème à rapporter.

Follow us