Témoignages d'anciens combattants:
Cora Charlotte Dunn

Forces aériennes

  • Il s'agit du képi que mademoiselle Dunn portait pendant son service dans la Division Féminine de l'Aviation Royale Canadienne.

    Cora Dunn
  • Photo de Cora Dunn en 1943 alors qu'elle servait dans la Division Féminine de l'Aviation Royale Canadienne.

    Cora Dunn
  • Certificat addressé à mlle Dunn pour honorer ses efforts lors de la Seconde Guerre Mondiale.

    Cora Dunn
  • Mlle Dunn à Stellarton, Nouvelle-Ecosse en septembre 2010.

    Historica Canada
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Je n’ai pas trouvé ça difficile du tout parce que ma mère était très autoritaire et quand elle vous disait de faire quelque chose, vous le faisiez. Alors dans l’armée de l’air, c’était la même chose."

Transcription

Je voulais m’enrôler et je suis très fière de l’avoir fait, car ma mère avait quatre filles. Nous ne comptions pas, mais, quand je me suis enrôlée, elle était très fière que je l’aie fait.

Je n’ai pas trouvé ça difficile du tout parce que ma mère nous avait donné une grande discipline, et quand elle nous disait de faire quelque chose, nous le faisions. Donc, dans [la Division féminine de] l’Aviation [royale canadienne], c’était la même chose [rires]. Je dois souligner que l’éducation importait, parce que j’avais fait ma neuvième année, ce que beaucoup de gens n’avaient pas fait à cette époque. Comme j’avais ma neuvième année, j’étais capable d’être entraînée.

J’étais secrétaire administrative. J’étais impliquée dans les dossiers les plus secrets. Si j’écrivais une lettre qui devait aller à l’ouest, ou quelque chose du genre, j’étais censée de simplement oublier que je l’avais vue. Il était inutile de me le demander, je n’allais pas en parler.

Malheureusement, mon futur époux venait de s’enrôler. J’ai été trois semaines dans l’aviation quand j’ai appris de lui qu’il revenait pour sa commission. Il est donc revenu et est allé à Brockville, en Ontario, pour sa commission. Il allait terminer en février et j’avais fait des plans pour nous marier en avril. Lorsqu’il a été marié avec moi, devinez ce qu’il a fait. Il était un officier et il m’a simplement mise en liste pour être démobilisée. Aujourd’hui, ils ne s’en tireraient pas avec ça, et je lui ai dit par la suite que si nous nous mariions maintenant, tu ne pourrais jamais le faire… Voilà où j’en étais : il devait repartir outremer, et moi qui n’avais rien à faire.

Quand j’ai été démobilisée, je ne l’ai pas été plus tôt, il était parti. J’en ai entendu parler de la bouche d’un ami à Amherst. J’avais travaillé pour elle et elle devait aller à l’hôpital. À ce moment, elle avait cinq enfants; elle voulait de la pire manière que je vienne et que je m’occupe de ses enfants, ce que j’ai fait. En fait, j’ai reçu la visite de l’un de ses enfants hier, une fille qui m’appelait maman Cora jusqu’à aujourd’hui.

 

 

Follow us