Témoignages d'anciens combattants:
Gertrude “Lovie” Luscombe née Lovgren

Armée

  • Historica Canada
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"A l’époque je pensais que je vivais dans un véritable trou. Je voulais aller voir la ville. Et c’est ce que j’ai fait à n’en pas douter."

Transcription

A l’époque je pensais que je vivais dans un véritable trou. Je voulais aller voir la ville. Et c’est ce que j’ai fait à n’en pas douter. J’habitais à Vernon en Colombie Britannique quand j’avais 17 ans. J’étais censée avoir 18 ans mais j’ai raconté des histoires. Et bien, je suis restée là-bas, bien plus d’un an. Et j’avais rencontré un gars à l’armée et deux ans après ça, je me suis marié et j’ai eu 8 enfants. C’est l’histoire de ma vie en raccourci. Et bien, là où j’ai travaillé, en premier, j’étais simplement serveuse à Vancouver. Ils nous ont renvoyés à Vancouver après, je crois qu’on a passé un mois à Vermillon en Alberta, pour faire nos classes. Après ils nous ont renvoyés, comme je l’ai dit, à Vancouver. Et j’ai commencé par travailler au mess des sergents ou quelque chose comme ça, je travaillais comme serveuse et après au mess des officiers. C’est le dernier endroit où j’ai travaillé avant de me marier. Je l’ai rencontré au ping-pong. J’adorais jouer au ping-pong, on appelait ça tennis de table à l’époque, mais j’adorais ce jeu tout simplement et il était entré et avait vu que j’aimais jouer et il aimait jouer lui aussi et voilà. C’est la personne avec qui j’ai été mariée pendant je ne sais plus combien d’années, à peu près 40 ou 50 ans. Et bien, c’était très intéressant. Je veux dire, particulièrement quand vous êtes au mess des officiers et que vous êtes une jeune fille de 17 ans et ils sont tous plus vieux, la plupart des officiers étaient plus vieux que nous de quelques années à ce moment là. Vous savez, la plupart d’entre eux commencent, bon mon mari il n’était pas sergent major mais simple sergent, vous voyez. Mais pour les officiers, ça allait de lieutenant à tous les grades de capitaine, les trois, ou quelque soit ce qui existe comme grade. Ce qu’ils aimaient le plus, les hommes, la tarte aux pommes. C’est incontournable à l’armée la tarte, la tarte aux pommes. Bon, ma mère avait l’habitude d’envoyer des cagettes de pommes de temps en temps, les envoyaient par train de marchandises et elles arrivaient à Vermillon. Je me souviens de ces cagettes de pommes, ça avait tellement de succès auprès des filles, vous savez, avoir une cagette de pommes entière et les répartir entre tout le monde.
Follow us