Témoignages d'anciens combattants:
Gilles Martin

Armée

  • Le lance-caporal Gilles Martin, du Royal 22e Régiment, 1951-1954.

    Gilles Martin
  • M. Gilles Martin, août 2011.

Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Pendant très longtemps, je me suis demandé si ça valait vraiment la peine. (...) Mais, à force de réfléchir (...) j’ai compris que si on n’était pas allé, l’Histoire ne serait définitivement pas la même."

Transcription

Il faut d’abord apprendre, il faut d’abord apprendre. Les gens qui sont déjà là vivent soit des heures de garde dans les postes avancés, dans les tranchées, où il y a des postes installés pour les mitrailleuses aussi. On avait des Brens dans ce temps-là, on avait des Stens (fusil-mitrailleur et pistolet-mitrailleur britanniques). Les Brens étaient dans des abris avec des sacs de sable par-dessus et des billots qui nous étaient fournis par l’armée américaine. Il fallait voir comment c’était installé.

Moi j’étais… en arrivant, moi j’étais lance-caporal. Et puis, je ne sais pas pourquoi, mais en tout cas je l’étais. Pas longtemps après j’ai été promu caporal. Mais pour revenir à l’arrivée, ç’a été aussi une adaptation, les gens qui étaient déjà là, bien sûr, nous ont renseignés. Ils nous ont dit quoi faire avec beaucoup de tact, je dirais. Les gens ne nous ont pas fait peur en arrivant. Moi j’ai été impressionné. J’ai toujours trouvé que les gars avaient été corrects, parce qu’ils ne nous ont pas conté des histoires d’horreur. Ils nous ont bien sûr dit de faire très attention. Ils nous ont montré les endroits où on devait être pour faire de la garde, parce qu’on changeait les shifts (quarts de travail) régulièrement. On faisait nos temps de garde.

Quand je suis arrivé là, ce n’était pas vraiment difficile. C’était, on reste sur nos positions. C’était, on se défend si on est attaqué. On n’attaque pas, ça, c’était sûr. C’était déjà préétabli avant qu’on arrive, nous autres. Parce qu’on était presque sur la fin de la guerre de Corée (M. Martin servit avec les 1er et 3e Bataillons du Royal 22e Régiment). Les tranchées étaient déjà faites. On n’avait pas besoin, moi je n’ai pas pelleté. On a vécu dedans, on a vécu nos heures de boue, les heures de neige, les heures de froid, les heures de chaleur. Mais ce n’était pas non plus vraiment confortable quand on sortait des tranchées, parce qu’on entrait dans la terre comme des marmottes. C’était des trous dans la terre avec… Parce que la Corée n’est que des montagnes ou à peu près. Ce n’est pas haut comme montagnes, mais c’est « côteux », il y a des côtes partout. Puis quand on descendait des tranchées, ce n’était pas loin. On descendait une cinquantaine de pieds, soixante pieds, et on avait ce qu’on appelait des dugouts, des trous dans la montagne avec des sacs de sable par-dessus, des billots, des sacs de sable, puis des lits, ce qu’on pouvait appeler des lits.

Il fallait l’hiver se chauffer. Moi j’avais eu la chance de récupérer une boite de munitions puis deux douilles d’obus. On s’est fait un poêle avec ça, avec tuyau qui allait à l’extérieur. On faisait dégouter de l’huile dans le poêle puis on se chauffait avec ça. C’était une façon d’apprendre à la dure. Encore une fois, on était jeune et on était capable d’en prendre qu’on pensait. Ce n’était pas toujours vrai pour tout le monde.

Ç’a été des temps assez difficiles. Ç’a été des temps où on avait le temps de réfléchir, on avait le temps de penser à notre affaire, le temps où on n’était pas vraiment dans l’action, où on n’était pas dans la tranchée. Ce n’était pas toujours évident de se rendre compte qu’on n’était pas chez nous. On était loin en tabarnouche! On était très loin, on avait laissé chez nous des gens qu’on aimait. Ç’a été une période où on a fait beaucoup, moi en tout cas, j’ai fait beaucoup de réflexions, beaucoup d’intérieurs. Pendant très longtemps, je me suis demandé si ça valait vraiment la peine.

À aller jusqu’au moment où on est retourné en Corée récemment. Là, j’ai vu et j’ai réalisé que oui, ce qu’on avait fait là, ce que les Nations-Unies avaient fait là, c’était une action qui avait changé le cours de l’histoire. Parce que, quand on a commencé à parler de ces voyages-là, j’ai lu plusieurs documents. J’ai lu, je me suis informé. C’est là où j’ai découvert, bien sûr, que ce que la Corée est devenue aujourd’hui ne serait pas ça si les Nations-Unies n’y étaient pas allées. Puis moi je pense que les Nations-Unies c’était nous autres. C’était les gens comme moi, comme tous les camarades qui étaient là. C’est nous autres qui avons fait ça.

La vie a fait qu’on n’a pas beaucoup parlé de la guerre de Corée. On a appelé ça la « guerre oubliée » pendant nombre d’années. On en parle encore aujourd’hui comme « guerre oubliée ». Mais je pense qu’on devrait, les anciens combattants, prendre un peu du blâme. Si on revient à mon père ou mon frère, je n’ai jamais entendu parler de guerre chez nous. Mon père n’a jamais parlé devant nous de son expérience de 1914-1918 ou de 1939-1945, excepté le petit bout où il était instructeur pour la réserve (l’armée de réserve). On le voyait toutes les semaines puis on savait à peu près ce qu’il avait fait dans la semaine, mais ce n’était pas rien de dangereux. Mon frère, quand il est revenu, on n’a jamais entendu parler de ses expériences, un petit peu de la Hollande après (lors de la campagne du nord-ouest de l’Europe en 1944-1945), mais avant à peu près rien. Puis quand nous autres on est revenu, moi c’est sûr que parler de la guerre de Corée à ce moment-là, je me disais ils vont peut-être nous prendre pour des fous.

Qu’est-ce qu’on était allé faire là? C’était à dix mille milles de chez nous. Un pays que personne n’avait entendu parler ou à peu près pas. Qu’est-ce que vous êtes allé faire là? Mais, à force de réfléchir, à force de regarder, à force de lire, puis avec le dernier voyage qu’on a fait en Corée au mois d’avril, là j’ai compris que si on n’était pas allé, l’Histoire ne serait définitivement pas la même.

On a beau dire, on a beau faire, on a beau penser que les guerres sont inutiles. Mais lors de notre dernier voyage en Corée, on a reçu un médaillon qui est gravé à l’arrière avec une petite phrase qui m’a toujours fait croire qu’on avait fait la bonne chose. Ils disent que la paix n’est jamais gratuite et je pense que c’est vrai. Si on ne se défend pas contre l’agresseur, il y a de grosses chances que ce soit lui qui gagne, si on ne fait rien. En allant en Corée, les Nations-Unies ont fait changer le cours de l’Histoire drastiquement.

Follow us