Témoignages d'anciens combattants:
G.R.D. Campbell

Marine

  • Photo de soldats lors de l’entraînement à la batterie de Régina (juillet 1916).

  • Note écrite par Charlie Campbell à l’endos de la photo, 1916.

  • Matelots sur un bateau de sauvetage, 1943

  • Frégate, 1943

Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Et, n’importe si un gars a servi au Canada pour la durée de la guerre – je connais une couple de gars comme ça – ils sont quand même des bons copains, dans mon optique."

Transcription

Je m’appelle G.R.D. Campbell. Marine V74909. J’étais matelot. D’abord, je n’aime pas les guerres. Elles ne sont pas glorieuses et ne sont pas remplies de gloire. Il y a de ceux qui exagèrent parfois, qui considèrent que les guerres sont formidables. J’ai de la misère avec ça. Il est difficile d’expliquer au gens et, particulièrement aux jeunes, la différence entre le maintien de la paix, la protection de notre pays et de notre mode de vie par comparaison aux batailles et aux invasions. À l’âge de 16 ans, je me suis joint à la Réserve de l’Armée alors que la guerre rageait. J’en ai appris sur la transmission des signaux. J’étais encore à l’école. À 17 ans, je me suis enrôlé dans la Marine où j’ai reçu différentes formations à divers endroits et suis devenu torpilleur. En fait, dans la Marine canadienne…nous avions plutôt des grenades sous-marines, nous n’avions pas beaucoup de….torpilles. J’ai fait la traversée de l’Atlantique trois fois, des voyages aller-retour, à bord des navires de la Conway Water. J’ai eu la chance de visiter Halifax, St. John’s, Terre-Neuve, les Bermudes, le canal de Panama et Victoria. Je considère que ce qu’il y a de plus important pour les jeunes à leur premier tour de service, c’est d’apprendre à s’entendre avec les autres, de prendre soin de soi et de se faire des bons copains. Ceci est d’autant plus vrai dans la Marine, d’après mes conversations avec des gars des autres services. Et, n’importe si un gars a servi au Canada pour la durée de la guerre – je connais une couple de gars comme ça – ils sont quand même des bons copains, dans mon optique. Ceci vous sert bien plus tard dans la vie. Vous développez de l’entre-gens et vous apprenez à faire le tri rapidement entre ceux qui vous reviennent et ceux qui ne vous reviennent pas. En tous cas, en 1945, la guerre était finie et j’avais ma permission de rentrer. En prenant mon congé, la guerre s’est terminée dans le Pacifique. Alors, que pouvais-je faire ? De bons copains m’ont dit, ‘’T’as déjà fait l’école. Retourne t’enrôler de nouveau !’’. C’est ce que j’ai fait in 1945. Je suis resté dans la Marine pendant presque deux ans, pas très longtemps mais, c’est arrivé comme ça. Je considère que le jour du Souvenir est très important mais c’est moins bien qu’il n’y ait seulement un jour de commémoration ; ça devrait se faire à tous les jours.
Follow us