Témoignages d'anciens combattants:
Pierre Bauset

Forces aériennes

  • Télégramme daté du 27 novembre 1943, rapportant que Pierre Bauset était porté disparu.

    Pierre Bauset
  • Livre de bord de Pierre Bauset (1943) contenant l'histoire de "sa guerre".

    Pierre Bauset
  • Pierre Bauset au 50ème anniversaire du Témoignagede la Resistance, à l'Hôtel de Ville de Paris, France, en mai 1994.

Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Ce sont des gens héroïques qui nous ont aidés. Les gens qui m'ont aidé étaient des gens qui risquaient tout."

Transcription

Mon nom est Pierre Bauset. J'ai fait la Guerre de 39 45 avec l'Aviation Royale Canadienne sur un escadron de bombardement, l'Escadron 431, qui était basé en Angleterre. J'ai fait mes opérations au mois de septembre, octobre et novembre 1943. Le bombardement de l'Allemagne était très actif pendant ce temps là et j'ai réussi à faire trois opérations sur l'Allemagne, de nuit, pour bombarder les environs de Berlin.

Ma première opération s'est faite sur Ludwigshafen qui était en banlieue de Berlin; la deuxième s'est faite à Berlin même; et la dernière opération s'est faite dans la nuit du 25 26 novembre '43 sur Francfort, après quoi, après avoir largué mes bombes, l'avion a été abattu et j'ai dû abandonné l'avion en plein vol pour me retrouver en France occupée d'où j'ai réussi à m'évader avec l'aide de la Résistance. Ils m'ont hébergé, ils m'ont habillé, ils m'ont nourri et ils m'ont procuré le transport. C'était toujours des opérations qui étaient clandestines, remarquez bien. J'ai fini novembre et décembre en France, surtout à Paris. Et au début de janvier, je suis passé en Suisse où je suis resté jusqu'au mois de septembre 1944. Le 1er septembre 1944, j'ai retraversé la frontière suisse pour retourner en France et, subséquemment, retourner en Angleterre à la mi septembre 1944. La fuite de la France en Suisse a été plutôt amusante, si vous voulez. Elle était très dangereuse mais amusante. On m'a mis dans un wagon seul, dans un wagon de seconde classe, à Paris, avec instructions de faire le trajet de Paris Lyon à Annecy, qui est une station qui est assez proche de la frontière suisse. Pendant la portion du trajet de Paris à Lyon, je suis monté dans mon wagon tout seul, et je me suis endormi très, très, très profondément. Et quand je me suis réveillé, le wagon était bondé de soldats allemands qui étaient en transfert. Personne ne m'a posé de questions et puis j'ai débarqué tout bonnement à Lyon, tel qu'il était prévu.

Alors, cette période active de ma guerre a été très, très, très mouvementée. J'en suis resté avec des souvenirs très vifs, surtout le souvenir des gens qui m'ont aidé pendant ma période d'évasion en France. Ce sont des gens héroïques qui nous ont aidés. Les gens qui m'ont aidé étaient des gens qui risquaient tout. Mes assistants primaires, si vous voulez, ceux qui m'ont hébergé le plus longtemps à Paris étaient des juifs… étaient classés juifs par les Allemands, et ils risquaient tout si jamais ils avaient été découverts. C'était une cour martiale sommaire sur place et toute la famille passait à la fusillade.

Follow us