Témoignages d'anciens combattants:
Réjean Thibault

Armée

  • Photo de Réjean Thibault avec une véhicule blindée. Avec permission de Réjean Thibault.

    Réjean Thibault
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

Transcription

Voici, je... Mon nom est Réjean Thibault. Bien que j'aie servi mon pays le Canada au début des années 1950 avec le Royal 22e Régiment et les Fusiliers du Saint-Laurent, je ne me considère pas comme un ancien combattant, ayant servi sur un théâtre d'opération de guerre. Par contre, dans le cadre de l'Année de l'ancien combattant et comme membre du Projet Mémoire, je me considère comme enseignant auprès des enseignants du secondaire sous le thème Les jeunes d'aujourd'hui doivent savoir afin de les sensibiliser de la participation du Canada aux deux grands conflits mondiaux, qui ont généré plus de 70 millions de morts.

Lors d'un pèlerinage en Normandie, France, au cimetière de Beny-sur-mer, j'ai pris conscience du geste généreux de cette génération de jeunes volontaires canadiens qui sont venus dans ce pays lointain, la France, combattre la tyrannie du judéo-nazi, de leurs immenses sacrifices et même le sacrifice suprême de leurs vies.

Depuis quelques années, j'offre mes services aux étudiants du secondaire afin de les entretenir sur la participation de cette jeune génération de volontaires canadiens qui ont sacrifié leur jeunesse pour la libération des peuples opprimés par l'oppression et le fanatisme. Et c'est avec des extraits de films dont les acteurs sont des anciens combattants que j'explique aux étudiants les raisons de leur enrôlement, les campagnes de guerre en Europe, les libérations des pays occupés, les témoignages vivants et émotionnants des anciens combattants et surtout la Bataille de l'Atlantique et la Bataille du Saint-Laurent. Je crois qu'il faut que les sacrifices de cette jeunesse combattante pour le droit, la justice, la liberté restent gravés dans les mémoires et que ces événements ne soient jamais oubliés.

En ce qui concerne la Bataille de l'Atlantique, j'explique aux jeunes étudiants que l'opinion canadienne est très peu consciente des tragédies maritimes survenues dans l'Est du Canada au cours de la Deuxième Guerre mondiale. À mesure que le conflit s'étant à la surface du globe, l'Angleterre à un certain moment donné prend conscience de l'importance du rôle du Canada, celui de fournir à l'intérieur de ses eaux des bases navales suffisamment défendues pour protéger la flotte anglaise. La défense de la France en juin 1940 accélère la prise de décisions des Britanniques de construire trois bases navales, une particulièrement à Gaspé, Sydney, en Nouvelle-Écosse et Saint-Jean, Terre-Neuve. En printemps 1942, les sous-marins allemands s'amènent dans les eaux de l'Atlantique dans le but bien précis de freiner les convois quittant le Canada via le fleuve Saint-Laurent pour ravitailler les alliés sur le continent européen. La Bataille du Saint-Laurent et la Gaspésie allait devenir un témoin privilégié de cette page d'histoire. Sans contredit, la péninsule gaspésienne sera la région la plus gravement touchée par ces années de guerre alors que 28 navires marchands et de guerre seront torpillés dans le fleuve et le golfe lors de la Bataille du Saint-Laurent par les fameux U-Boots allemands. Il y aura plus de 452 pertes de vie.

Je crois que pour construire l'avenir, il faut regarder le passé.

 

Follow us