Témoignages d'anciens combattants:
Frank Charles Moore

Marine

  • Compte-rendu de service de Frank Moore.

    Frank Moore
  • Réunion de Chefs Ingénieurs de Koutenay, 1960. Frank Moore est à droite.

    Frank Moore
  • Classe d'établissement de formation professionnelle, 1944. Frank Moore est au second rang, le deuxième en partant de la droite.

    Frank Moore
  • Classe de cours d'apprenti, 1942.
    Frank Moore est dans la dernière rangée, le second en partant de la droite.

    Frank Moore
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"J’ai réalisé que j’étais papa. Et ensuite, il m’a fallu attendre encore cinq mois avant d’avoir la chance de le voir. Il n’y avait pas les téléphones portables à l’époque."

Transcription

À mes débuts dans la marine, j’occupais le poste de chauffeur et on m’a donné l’occasion de faire partie d’un groupe de jeunes qui étaient apprentis mécaniciens. Et j’ai passé trois ans en apprentissage et j’ai réussi tous mes certificats et je suis devenu chef mécanicien à bord de cette frégate sur laquelle j’ai passé le reste de la guerre. Et la frégate en question s’appelait le [NCSM] Saint John, et au début sur cette frégate on servait dans l’Atlantique, du côté des Açores, qui étaient neutres à l’époque.

Lors d’une sortie prolongée, on était à court de carburant, et on a profité de la neutralité des Açores pour se ravitailler, il s’est trouvé qu’en même temps que nous il y avait un sous-marin allemand qui était lui aussi en train de se ravitailler en carburant. Mais on a tous les deux respecté notre neutralité, jusqu’à la sortie du port. On a récupéré un convoi de 31 navires qui emportait du matériel en passant par la seule route disponible à ce moment-là, à savoir du cap Nord en Norvège jusqu’au port de Mourmansk en Russie.

Le moment venu, on a navigué sur la mer Blanche jusqu’à Archangel pour délivrer deux des 31 navires et ensuite on est retournés à Mourmansk pour le carburant, et c’est quand on s’approvisionnait au pétrolier que j’ai appris qu’en mon absence, on avait passé un mois en mer, en novembre et décembre, et j’ai découvert que j’étais devenu le papa d’un petit garçon. Donc, il était né depuis 21 jours quand j’ai réalisé que j’étais papa. Et ensuite, il m’a fallu attendre encore cinq mois avant d’avoir la chance de le voir. Il n’y avait pas les téléphones portables à l’époque.

Follow us