Témoignages d'anciens combattants:
Bruno Bobak

  • Le Projet Mémoire, Historica Canada
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"On a pensé qu’ils devaient être seulement des prisonniers de guerre. On a donc continué notre route. On est arrivé à un point où il y avait tellement d’Allemands que nous avons réalisé que nous n’étions plus sur notre côté. "

Transcription

La mort paraissait assez horrible. Je me souviens d’une fois où mon chauffeur et moi étions sortis avec la jeep. Et comme vous le savez surement, durant la Deuxième Guerre mondiale, il n’y avait pas toujours de ligne clairement tracée entre où ils étaient et où nous étions. Mais, vous savez, les uns avaient à peu près pris une intersection de chemins à une distance de cinq miles, et les autres contrôlaient à peu près ce territoire parce que les uns contrôlaient l’intersection. Mais je me souviens d’une fois où on était sorti dans la jeep avec mon chauffeur. Et nous roulions vers où nous pensions qu’il y avait des soldats canadiens. On a réalisé que c’était des Allemands, des soldats allemands marchant sur la route. On a pensé qu’ils devaient être seulement des prisonniers de guerre. On a donc continué notre route. On est arrivé à un point où il y avait tellement d’Allemands que nous avons réalisé que nous n’étions plus sur notre côté. Je pense que nous avons fait faire demi-tour à la jeep et on a déguerpi aussi vite que nous le pouvions. À ce moment-là, les Allemands s’étaient rendu compte aussi que nous étions du mauvais côté. Ils nous tiraient dessus quand nous sommes partis. [Rires]. Ç’a donc été comme ça que j’ai passé le plus près de me faire capturer.

 

Entrevue avec Bruno Bobak - Projet d'histoire orale du AMCG

No d’accession MCG 20020121-207

Collection d’archives George Metcalf

© Musée canadien de la guerre

 

 

Follow us