Témoignages d'anciens combattants:
Harry Simpson

Forces aériennes

Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Nous avions 15 appareils, et ils devaient être inspectés. Nous devions nous assurer que toutes les grenades sous-marines étaient sous les ailes, parce que nous escortions des convois et nous cherchions des sous-marins."

Transcription

La vie était bonne dans l’armée de l’air. Je me suis enrôlé parce que tout le monde s’enrôlait. C’était la chose à faire. Ou bien on s’enrôlait, ou bien on était conscrit. Lorsqu’on était conscrit, on pouvait atterrir à des endroits plutôt déplaisants, comme Hong Kong*.

Nous avions 15 appareils, et ils devaient être inspectés. Nous devions nous assurer que toutes les grenades sous-marines étaient sous les ailes, parce que nous escortions des convois et nous cherchions des sous-marins.

J’ai eu plusieurs amis dans l’armée de l’air. L’un d’entre eux, notre officier d’escadron, était appelé Oncle Freddie. Oncle Freddy lisait aux enfants les bandes dessinées le dimanche matin. C’était un bon gars.

Un jour, l’Aviation royale formait des pilotes pour s’envoler à partir du pont d’un porte-avion, croyez-le ou non. La raison de voler avec des avions. Ils étaient de l’autre côté et ils étaient formés pour la vie sur un porte-avion. Conséquemment, j’ai eu une pneumonie et j’ai passé une semaine ou deux dans un hôpital là-bas. Je ne pouvais pas comprendre leur anglais. Leur accent était si prononcé que c’était difficile de les comprendre. Mais ils formaient un groupe sympathique.

Pris dans l’aile d’un avion : une drôle d’histoire. Nous transportions des grenades sous-marines et pour entretenir le porte-grenades, il fallait aller à l’intérieur de l’aile d’un appareil. On y entrait. Il faisait assez noir. Un jour, j’étais à l’intérieur et un gars en avant de moi – il était un lutteur provenant de l’Est, il est resté pris dans une aile. Je poussais, et ils tiraient. On n’osait pas couper l’aile de l’avion, on aurait été traduit en cour martiale pour destruction d’un avion, je pense. De toute manière, nous avons fini par l’en sortir, et j’étais heureux de voir la lumière du jour.

J’ai été chanceux d’avoir un très bon groupe avec qui travailler. Un vrai bon groupe d’amis.

Follow us