Témoignages d'anciens combattants:
John Mackelvie

Marine

  • Carte indiquant des routes maritimes sur lesquelles se trouvait M. Mackelvie. Il a voyagé 66,000 miles dans un navire.

    John Mackelvie
  • Document de voeux de Noël, 1945.

    John Mackelvie
  • Équipage du croiseur léger HMS Black Prince. John est le 11ème en bas à droite.

    John Mackelvie
  • Photo de John Mackelvie en uniforme, 1945.

    John Mackelvie
  • Croiseur léger HMS Black Prince, 1945.

    John Mackelvie
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Tout ce que vous pouviez voir c’était des routes, aucun bâtiment, pas un seul bâtiment."

Transcription

… La région de Panama, ça c’était vraiment une expérience. Parce que le canal [de Panama] c’est juste une étendue d’eau après tout. En fait, ce sont des lacs qui se rejoignent et cet énorme navire passe par là et vous regardez en bas. Je me souviens que je regardais le quai sur le côté et il y avait des gens qui portaient des régimes de bananes, ils en vendaient aux troupes de soldats que nous étions et bien sûr on n’avait pas vu de bananes depuis des années. Donc, c’était vraiment une expérience, passer par le canal. Ensuite, on a traversé le Pacifique et ça nous a pris une autre semaine et demie. Je me souviens que le voyage a duré trois semaines en tout.

Quand j’étais sur le Black Prince, on est allé au Japon sur la mer intérieure. C’est sur la côte sud. Il y a une très grande étendue d’eau appelée la mer intérieure. C’est de l’eau salée en fait et les Japonais avaient une base navale appelée Kure. Comme on était la force d’occupation, on est allé à Kure où il y avait toujours un navire avec des soldats à bord, d’habitude des Marines, cela établissait notre occupation du Japon après la guerre.

Pendant qu’on était là-bas, on est allé à Hiroshima qui n’était pas très loin de Kure. C’était un voyage des plus intéressants, tout le monde allait là-bas, parce que c’était l’endroit de la première bombe, la première bombe atomique. Bon, tout était absolument plat. Tout ce que vous pouviez voir c’était des routes, aucun bâtiment, pas un seul bâtiment. Et pendant que j’étais là-bas, j’ai farfouillé un peu dans les décombres d’une des maisons et j’ai trouvé deux petites tasses, des petites tasses en porcelaine qui faisaient peut-être 4 cm de diamètre. Je ne sais pas quel était leur usage, si c’était pour boire ou bien, vous savez, pour manger mais il y avait du verre fondu sur l’une d’entre elles. La chaleur de la bombe atomique avait été tellement intense qu’elle a fait fondre le verre et, de toute évidence, le verre fondu a coulé sur cette petite tasse et s’y est cristallisé. Il y avait une deuxième tasse très semblable qui n’avait pas ça, mais en tout cas, je les ai prises et je les ai rapportées chez moi. Voilà, ça c’était Hiroshima, une expérience incroyable. C’était huit mois après le largage de la bombe et donc il n’y avait plus de radiations nocives là-bas. Donc, on pouvait aller là-bas pour visiter. Mais tout était encore absolument plat et il n’y avait personne parce qu’il n’y avait aucune maison. Pas une seule maison.

O.K, on est remonté avec le Bermuda sur Yokohama qui est le port de la ville de Tokyo. On est resté là-bas pendant un moment et au retour on est allé lentement à Nagasaki. Donc, j’ai vu les deux villes bombardées. La seule chose qui restait debout là-bas c’était une partie de l’hôpital. J’ai une photo de moi, je suis debout devant l’hôpital. Quand j’étais là-bas j’ai aussi fouillé dans les décombres et je suis tombé sur une petite tasse avec ce magnifique, je ne sais pas comment le décrire, mais sur le côté, c’était fait en argile, il y a cette scène représentant les portes japonaises en forme de pi qu’il y a dans les temples, pi étant la forme mathématique de pi, « P-I. ». Tout le vernissage sur la tasse avait fondu et s’était recristallisé. Je l’ai aussi pris avec moi. J’ai les artefacts des deux villes qui ont été bombardées.

Oui, je n’ai jamais vu les combats et j’en suis très content, parce que tant d’autres vétérans les ont vus. Mais en fait j’étais trop jeune. D’un autre côté, à 22 ans j’avais fait le tour du monde. J’ai passé du temps en mer et j’ai compté environ 66 000 miles de voyage en mer.

Follow us