Témoignages d'anciens combattants:
Ellison Hunt

Armée

  • Photographie de Ellison Hunt.

    Ellison Hunt
  • Ellison Hunt
  • Ellison Hunt
  • Ellison Hunt
Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"J’approche donc avec la jeep et sur ma gauche sont étendus tous ces gars sous des couvertures – ils étaient morts. Peu importe de quoi ils les ont couverts. De l’autre côté, sur la colline, il y avait un groupe de gars, mais ils étaient tous blessés. "

Transcription

Quand nous nous sommes joints à une compagnie, on nous a clairement assigné une position, qui faisait quoi. Nous surveillions la circulation et nous examinions tout ce qui paraissant étrange. Nous avions ordre de prendre [d’arrêter] tout le monde, excepté les brigadiers. On pouvait prendre n’importe qui et lui passer les menottes, sauf un brigadier. C’était ça, les règles. J’ai dû utiliser les menottes seulement deux fois sur des gens, et c’est parce qu’il étaient saouls.

Eh bien, il y avait toujours une prison, quelque part, et c’est là où ils allaient. Mais, normalement, on devait les amener à une unité et ils auraient, là-bas, des choses similaires. Ils auraient deux ou trois gars responsables de ça et on leur dirait ce qui s’était passé et qu’ils devaient s’en occuper. Ils étaient aussi la police militaire dans leur secteur. Nous roulions sur une route en jeep. Un gars avec moi conduisait, et j’étais à côté de lui. Nous voyagions aussi loin que nous le pouvions pour savoir ce qu'il se passait – il y avait beaucoup de bruit et beaucoup de coups de feu, mais personne ne semblait savoir ce qu'il se passait. La circulation allait dans cette direction, et ils ont donc envoyé moi et un autre gars découvrir ce qu’il se passait.

Nous roulions donc et nous sommes arrivés sur cette petite route, et il y avait un gars qui dirigeait la circulation. Il a vu notre jeep et il nous a fait signe plusieurs fois d’aller dans cette direction. Nous avons donc dépassé l’officier et avons descendu la colline jusqu’en bas. Je savais que ça se passait en bas, parce que je l’avais vu avant que tout ça commence; c’était un endroit qui fabriquait du savon. Je savais que c’était à cet endroit, que c’était devant nous. J’approche donc avec la jeep et sur ma gauche sont étendus tous ces gars sous des couvertures – ils étaient morts. Peu importe de quoi ils les ont couverts. De l’autre côté, sur la colline, il y avait un groupe de gars, mais ils étaient tous blessés, et il y avait des gars – deux, généralement – qui allaient d’un côté à l’autre et qui les soignaient, leur mettant des bandages, arrêtant les saignements et tout le reste.

Je suis donc allé de ce côté. Eh bien, ils m’ont dit : « Tu as une jeep avec un toit? » J’avais une jeep avec une échelle sur le toit qui pouvait servir à y installer des gens. J’ai donc dit : « Oui, j’en ai une. » Ils ont répondu : « D’accord, nous allons vous donner tout ce que nous pouvons. » Ils ont donc installé deux gars sur le toit et un autre à côté de moi; il avait son bras en écharpe et il était âgé. Il s’est assis à côté de moi et nous sommes partis. Il y avait deux gars sur le toit. Nous roulions donc sur une petite route, et nous avons rencontré des gars qui montaient, mais ils ne s’enlevaient pas de notre chemin. Nous roulions donc et, soudainement, j’ai remarqué que je ne pouvais rien voir à travers le pare-brise, pas de mon côté. Je me suis donc arrêté et j’ai dit au gars avec le bras en écharpe : « Écoute, tu peux rester ici, mais je dois sortir et tourner ce gars, parce qu’il saigne de mon côté du pare-brise. »

Je suis donc sorti et il y avait deux gars qui marchaient à côté. Je leur ai dit : « Donnez-moi un coup de main. Nous allons retourner ce gars. » Nous l’avons donc changé de côté et un des gars a dit : « Il est mort. » Nous l’avons donc retourné et nous avons regardé l’autre gars couché pour voir s’il était toujours vivant. Puis, à ce moment, il y avait tellement de feu dans l’air et tout, et ma jeep a commencé à faire des pout pout pout pout. Je me suis dit que quelque chose était passé au travers. J’ai regardé, et il y avait un trou là où... Je l’ai simplement ignoré et je tentais de rester concentré et de ne pas me rendre compte de beaucoup de choses. Je voulais seulement nous amener, les gars et moi, où nous devrions être. Il y avait un grand palace dont ils se servaient comme endroit pour prendre soin des blessés. C’était très loin dans un grand champ. Une belle grande place, si jamais tu y es allé. Ils y mettaient les blessés.

De toute manière, cette chose faisait pout pout pout pout pout pout pout, et nous descendions la rue avec elle. Nous roulons là-haut, nous tournons, et des gars sont venus et les ont descendus du toit. Ils étaient tous partis, sauf moi et le gars avec moi. Nous avons redémarré, et j’ai mis la jeep dans une grange avec toutes les autres jeeps. Il y avait une écurie à cet endroit; nous vivons dans un verger, dans des tentes. Je suis donc allé dans une tente et je suis allé me coucher.

 

Follow us