Témoignages d'anciens combattants:
John J. Walkty

Forces aériennes

  • John Walkty en permission à Toronto, avant son départ outre-mer, le 1er avril, 1943.

  • Le 9 juin 1944, Mme. Walkty a reçu ce télégramme l’informant que son mari, John, avait été porté disparu suite à des opérations aériennes le 7 juin, 1944.

  • Mme. Walkty a attendu deux mois avant d’apprendre que John Walkty avait été fait prisonnier de guerre. Août 1944.

  • Carte d’identité de John Walkty alors qu’il était prisonnier de guerre près de Breslau. Le 24 juin, 1944.

  • Lettre de condoléances officielle du Ministre de la Défense nationale pour l’air à Mme. Walkty, suite à l’annonce de la disparition de son mari, John.

Agrandir l’image
Écoutez ce témoignage

"Mais, nous pouvions entendre (le son des mitrailleuses) alors que les projectiles frappaient nos ailes, et tout ça …."

Transcription

Je m’appelle John J. Walkty et je suis navigateur diplômé de l’Aviation royale du Canada. J’ai fait environ deux ans ici au Canada avant d’être envoyé outre-mer. Je suis arrivé en mai 1944 et j’ai fait une formation supplémentaire. Ensuite, j’ai été affecté à un escadron de la RAF, qui était à cours de navigateurs. J’ai accompli environ onze missions. Lors de la onzième mission, le 6 juin 1944, notre escadron devait bombarder une gare en plein milieu d’une ville. La gare était située dans un quartier très populaire alors nous avons décidé que le lancement de la bombe devait se faire à partir de repères visuels et non par instrument. Arrivés à destination, nous avons été frappé…par, je crois, un (Messerschmitt ). Nous n’avons rien vu. Mais, nous pouvions entendre (le son des mitrailleuses) alors que les projectiles frappaient nos ailes, et tout ça. Nous avons continué et tout à coup nous avons constaté que l’aile était en feu. Notre capitaine à lancé ‘’Bien, il va falloir se dépêcher, pas le temps de survoler et calculer le lancement des bombes, l’avion va exploser !’’ Alors, nous avons lancé les bombes sur la cible – ça fait tellement longtemps que je ne me souviens plus si nous l’avons atteinte - et, sur le chemin du retour, nous voyions bien que les flammes avaient complètement enveloppé l’aile. Le pilote nous a dit ‘’Nous devons sauter avant que l’avion n’explose ! ‘’. Alors, nous avons tous sauté en parachute à l’exception de l’artilleur arrière qui a péri lorsque l’avion a explosé. Nous étions à environ deux milles pieds d’altitude et lorsque j’ai atterri, je suis tombé en plein dans une place d’armes allemande. Ils m’ont bien vu tomber du ciel avec leurs gros projecteurs et, j’ai eu droit à un comité d’accueil en plein sur place. Je fus fait prisonnier de guerre et suite à une interrogation, j’ai été transporté en train – je fus surpris que les trains roulaient toujours – au camp Bankau dans la région de Breslau. Bankau était un camp de prisonniers pour les Alliés – il y avait des Canadiens, des Américains, les Australiens, des Britanniques – et j’y suis resté environ neuf mois jusqu’à ce que les Russes entame leur campagne d’hiver.
Follow us