Ressources Éducatives:
La Marine royale canadienne dans la Deuxième Guerre mondiale

La Marine royale canadienne est minime en 1939, mais elle connaît une expansion remarquable pendant la guerre : 99,688 hommes et environ 6,500 femmes s'y enrôlent pendant la guerre et forment les équipages de 471 navires de guerre de divers types. Sa fonction principale est de former des convois afin de protéger les navires qui transportent les troupes et le ravitaillement outre-Atlantique. Elle effectue une part de plus en plus grande de ce travail, menant des batailles acharnées qui durent parfois plusieurs jours contre des bandes de sous-marins U-boot. Une forte expansion de la marine engendre des problèmes de croissance. En 1943, il faut prendre des mesures pour améliorer l'équipement technique des navires d'escorte et parfois aussi l'entraînement de leurs équipages. Pendant la guerre, la marine coule ou aide à couler 33 sous-marins ennemis.

Après la Conférence sur les convois atlantiques, tenue à Washington en mars 1943, on constitue le commandement de l’Atlantique nord-ouest canadien, chargé de protéger la région située au nord de New York et à l'ouest du 47e méridien. Le Contre-amiral L.W. Murray est responsable des convois dans cette région, le seul officier canadien à détenir un commandement de théâtre pendant toute la guerre. En plus de leur rôle principal en tant que participants à la bataille de l'Atlantique, les unités navales canadiennes contribuent à bon nombre de campagnes. Ainsi, elles appuient les débarquements alliés de novembre 1942 en Afrique du Nord et la Marine royale canadienne fournit environ 110 navires et 10,000 hommes lors des opérations de juin 1944 en Normandie.

Pendant la guerre, la MRC perd 24 navires de guerre, allant du yacht armé Raccoon, torpillé dans le Saint-Laurent en septembre 1942, au destroyer de classe « Tribal » Athabaskan, coulé dans la Manche en avril 1944. Elle enregistre aussi 2,024 pertes de vie.

Pour un plan de cours sur la guerre maritime, cliquez ici.

Matériau de base dérivé de Stacey, L.P., "Deuxième Guerre mondiale," L'Encyclopédie canadienne, l'Institut Historica-Dominion, 2010. Initialement consultée le 12 mai 2010. http://www.thecanadianencyclopedia.com

  • Probationers of the Women's Royal Canadian Naval Service (WRCNS) at HMCS Conestoga, Galt, Ontario, May 1943, from left to rigth: Joan Grime, Mary MacDonald and Mary Dempsey. Credit: Lt Kenneth George Fosbery / Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada / PA-153499.

    Credit: Lt Kenneth George Fosbery / Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada / PA-153499

  • Telegraphist graduating class in St. Hyacinthe (Quebec). Chief telegraphist James Dunn (Royal Navy) served as instructor. R. C. Nelson is on rear row, second from right. A friend, Bob Rigby (third row, second from left), was lost at sea in the sinking of HMCS St. Croix on September 22nd, 1943.

    Robert C. Nelson

  • The crew of HMCS Peterborough, the Royal Canadian Navy corvette in which Jack Coghill (on the far left of the third uppermost row, near the 4

  • In December 1944, Telegraphist Jack Coghill of HMCS Peterborough wrote to Santa Claus (care of the Fleet Mail Office, St. John's, Newfoundland) asking for

  • Madge Trull's husband, John, and a Hawker Hurricane, Kenley, England, 1943.

Agrandir l’image
Close
Follow us